Tag : projet de circulaire de mission 01-2011

12 documents sont liés à ce tag

Une contribution à l’analyse du phénomène « circulaire de mission » dans l’univers de la documentation

Alors même que « la circulaire de mission » a été un serpent de mer qui a occupé de nombreuses pensées pendant ces dix dernières années, alors même que nous vivions toujours sous la férule de la circulaire de 1986 (rappelez-vous, à cette époque-là, il y avait des floppy disk noirs de 380 kilo octets, oui oui 386ko !!!), la nouvelle circulaire de mission sort… après l’avènement de la « Politique documentaire », après l’avènement du « PACIFI » et après une modification en profondeur des épreuves du CAPES. La circulaire nouvelle est annoncée dans un mode de communication qui laisse perplexe un grand nombre de personnes concernées par ce texte. Quel est le profil de poste dessiné par cette nouvelle circulaire ? Quel sens donner à l’existence même de cette circulaire de mission qui renaît de ses cendres 24 ans après sa sœur aînée ?

D’une part, le contenu de la circulaire dessine un nouveau métier sur lequel il convient de réfléchir. On pouvait s’attendre à ce que cette nouvelle circulaire entérine une situation de fait, voulue, pensée et initiée par le nouveau CAPES de documentation mis en place en 2001 sous l’impulsion de Guy Pouzard, articulant harmonieusement l’usage des TIC avec une véritable composante pédagogique et justifiant pleinement la dénomination de « professeur documentaliste ». Nous verrons qu’il n’en est rien. La circulaire dessine un nouveau profil de professeur documentaliste qui tourne résolument le dos à cette conception. D’autre part, on peut s’intéresser à l’acte de communication que constitue cette circulaire, et y voir la volonté de refuser durablement à l’information-communication le statut de discipline scolaire. Et dans ce cas, la réflexion portera sur le pourquoi de ce refus.

Lire la suite

L'ECDI version learning centre : vers 39 H de gestion ?

Le projet de circulaire de mai 2010 faisait glisser les CDI vers des ECDI, Espaces de Culture, de Documentation et d'Information, étroitement inspirés des learning centres anglo-saxons. Un rapport de l'Inspection générale des bibliothèques intitulé "Les learning centres : modèle international de bibliothèque intégrée à l’enseignement à la recherche" était paru sur le sujet en décembre 2009. Si la mention de l'ECDI n'existe plus dans le nouveau projet de circulaire, un certain nombre de considérations présentes dans le rapport de l'Inspection générale des bibliothèques y sont visibles : le rapprochement des bibliothécaires [des documentalistes] et des informaticiens ; la notion de service, de soutien, d’aide et d’assistance à l’usager, avec en toile de fond une interrogation sur la limite de la polyvalence des personnels qu'entraîne la multiplication des services ; le learning centre, un environnement pédagogique seulement complémentaire aux dispositifs existants de formation initiale. Et enfin, une ouverture maximale 24h/24 et 7j/7. Une amplitude d'ouverture qui pourrait bien s'étendre dans les CDI grâce au rapprochement avec la fonction de chef de travaux.

Lire la suite

Changer le métier de professeur documentaliste, c’est non !

Dolarz, 2010. Saturation Urbaine - Parkplatz. CC

A lire le projet de circulaire du 18 janvier, certains se demandent s’il ne vaudrait pas mieux conserver notre bonne vieille circulaire de missions de 1986. Après tout, elle nous « assure » encore et toujours le droit et la responsabilité de former les élèves et même, depuis la mise en évidence de savoirs scolaires de l’information-documentation, d’enseigner. Elle met la gestion au service de la pédagogie et pas le contraire. A part une liste ré-actualisée des « nouveaux dispositifs » de la dernière réforme, un recentrage sur la sacro-sainte « ressource » plutôt que sur l’élève et l'annonce de la fin de la médiation pédagogique au profit du e-learning et des réseaux impersonnels, qu’avons-nous à y gagner ?

Lire la suite

Décodage du projet de circulaire du 18 janvier (4)

Darkwood67. “The fountain”, 2010. CC

La hiérarchie entre les principales missions

Le numéro d’ordre qu’occupe chaque axe dans la circulaire de missions n’est, bien évidemment, pas le fruit du hasard. Il peut être l’indice d’un positionnement affirmé, voire autoritaire, de l’institution qui entend donner un signal fort pour un brusque changement de cap. Ce fut notamment le cas en 2001 et en 2004. Il peut être également le produit d’une négociation entre l’inspection générale et la profession, lorsque celle-ci reste attachée à ses convictions et à son mandat originel.

Mais certaines avancées en apparence peuvent masquer de nets reculs en substance…

Lire la suite

L'aède et la circulaire : apologue

Quand l'actualité d'une circulaire nous impose de savoir qui nous sommes et ce que nous voulons faire de nous-même, on peut avoir recours à la sagesse des anciens. Et si les professeurs documentalistes s'identifiaient à un héros grec ? (En toute modestie)

Lire la suite

Décodage du projet de circulaire du 18 janvier (3)

Darkwood67. “The watcher”, 2009. CC

A propos des contenus de formation

Des deux axes de la mission pédagogique existant en 1986, un seul demeure dans le projet de 2011. Lequel ? Et qu’en reste-t-il ? S’il demeure un point commun relatif au mandat pédagogique entre 1986 et 2001, c’est bien la présentation d’un programme de formation. On pourrait à première vue s’en tenir là et s’en réjouir. Mais après réflexion, le bilan est alarmant. Ce qu’il faut comprendre, c’est que ce n’est pas l’idée ni la prescription d’une formation qui ont été évacuées par l’institution, mais bien l’acte de formation et sa dévolution à l’enseignant documentaliste.

Lire la suite

Décodage du projet de circulaire du 18 janvier (2)

Calystee. Face jaune. 2009. CC.

Le renversement du rapport Pédagogie / Gestion

A partir d’un comparatif entre la circulaire de missions actuelle de 1986 et le projet du 18 janvier 2011, on s’intéressera au poids respectif accordé par les deux textes aux quatre axes structurant la profession. Si le nombre de ces axes est identique, si la mission placée en tête est la même, il n’en reste pas moins que le rapport de force entre pédagogie et gestion s’est totalement inversé au profit de cette dernière. Ce qui est moins compréhensible, c’est l’utilisation du terme « animation » que l’on trouve dans le sommaire de la circulaire de 2011. De quelle animation s’agit-il ? La lecture des textes officiels réserve des surprises.

Lire la suite

Décodage du projet de circulaire du 18 janvier (1) : quelle est aujourd’hui la mission réellement intégrative de la profession d’enseignant documentaliste ?

Molimonster69. "Cross and circle" (2008). Creative commons. lien

Le préambule, déjà...

Le titre du projet de circulaire 2011 donne le mot « mission » au pluriel. Ce pluriel, c’est une des critiques qui reste encore 24 ans après la publication de la circulaire de 1986 « Missions des personnels exerçant dans les centres de documentation et d’information ». Très vite, la profession avait pris conscience que la mission « de caractère essentiellement pédagogique » était rendue difficilement perceptible à cause des innombrables tâches qui encombrent encore aujourd’hui la journée du professeur documentaliste. Le projet 2011 récidive donc, malgré toutes les mises en garde. En 1986, la mission organisatrice du mandat de cet enseignant était pédagogique. En 2000, elle a subitement et insidieusement été remplacée par celle de gestion, sous couvert d’un nouveau concept de management des bibliothèques appelé politique documentaire. Les divers cadrages de l’IGEN qui sont survenus en 2001, 2004 et 2007 montrent en effet que la politique documentaire surplombe, commande et subvertit progressivement la mission pédagogique, en la dégradant au moyen de la simple expression de « volet pédagogique », malheureusement en passe de rentrer dans l’usage. En janvier 2011 pourtant, un projet de circulaire replace cette mission chère au cœur des professeurs-documentalistes au premier rang des quatre axes présentés, laissant ainsi imaginer que rien n’a réellement changé. Est-ce le cas ? Que faut-il comprendre ? Pour tenter d’y voir plus clair, nous allons commencer par faire une comparaison simple des textes de 1986 et de 2001 afin de mettre en évidence leurs choix et leur structure. Nous nous livrerons ensuite à une analyse précise des tâches qui incomberaient à l’enseignant documentaliste à la lecture du texte du projet. Seule une mise à plat du document peut nous permettre de rompre un tant soit peu la rhétorique propre à un discours institutionnel dont la seule logique est de présenter un discours d’évidence et de masquer, par un usage consommé de la langue française, et comme tout discours politique qui se respecte, son véritable objet.

Lire la suite

Lettre ouverte à notre inspection générale sur le projet de circulaire de missions

Une circulaire qui ne répond en rien aux attentes de la profession et qui au contraire piétine le travail de la communauté depuis dix ans.

Il serait peut-être utile de partir des attentes des professeurs documentalistes. Pour qui tend un peu l’oreille, ils attendent que la formation info-documentaire des élèves cesse de dépendre du bon vouloir d’un chef d’établissement ou d’une équipe pédagogique et surtout de leur propre capacité à négocier encore et toujours le moindre mouvement de leur petit doigt.

Lire la suite

Refusons !

Textes et actions contre la mise en place du Pacifi et la publication du projet de circulaire de missions

REFLECHIR : veille sur les textes permettant de mieux comprendre la stratégie de l’institution à l’encontre du mandat pédagogique des professeurs documentalistes. AGIR : Quelques premiers moyens d’actions sont également suggérés : - pétition du SNES - courriel de protestation au ministère (2 modèles) - courriel d'alerte aux collègues de disciplines de votre établissement (1 modèle) - courrier collectif de protestation aux IPR-EVS de votre académie (1 modèle) - écrire et publier

Mise à jour : 10-02-2011

Lire la suite

Synthèse, réflexions et analyse critique de l’ANDEP sur la lecture croisée des textes de la DGESCO, du SNES et de la FADBEN concernant la nouvelle circulaire de mission des professeurs documentalistes

Cette synthèse reprend les éléments essentiels de la nouvelle mouture de la circulaire de missions proposée par la DGESCO (3 premiers textes de mai et juin 2010 ainsi que la dernière mouture du 18 janvier 2011). Cette synthèse présente également les apports éclairés de la FADBEN mais aussi du SNES FSU. Elle met en évidence les différences fondamentales de postures et les contradictions des différentes versions. Enfin cette lecture critique veut aussi mettre en évidence la position de l’ANDEP face au texte de la DGESCO. En tant qu’association professionnelle, nous manifestons notre volonté de relire le texte officiel à la lumière d’autres publications récentes au cœur de l’activité documentaire tel le PACIFI et le rapport conjoint IGEN et IGB sur l’accès et la formation à la documentation du lycée à l’université.

Lire la suite

PACIFI / CIRCULAIRE : Et si le but était de nous transformer en chef de travaux de l’information et de l’informatique de l’EPLE ?

Le rôle attribué au professeur documentaliste dans le PACIFI et le projet de circulaire envoyé par la DGESCO aux syndicats et à la FADBEN pour « information » me font penser à celui de Chef de travaux dans les lycées technologiques et professionnels. L’échec de la mise en place du B2i depuis des années, les difficultés et les réticences rencontrées sur le terrain pour la mise en place du Socle commun et du livret de compétences dans les collèges, de l’accompagnement personnalisé dans les lycées, sont dus à une seule chose : l’absence d’un personnel qualifié connaissant le système scolaire et capable de fédérer l’ensemble des enseignants autour d’un projet. L’annonce récente du ministère de développer les ENT, la mise en place du Webclasseur et des PDMF ne font que renforcer ma crainte. Il manquait un cadre : désormais il existe, le conseil pédagogique. Néanmoins, une autre question se pose : qui pour mettre tous ces dispositifs en place ? Les COP ? Ils ne sont plus présents dans les établissements. Les professeurs principaux ? Leurs charges s’alourdissent d’année en année. Les principaux ou proviseurs adjoints ? Leur temps est compté et leurs charges s’alourdissent aussi. Les CPE ? On y arrivera aussi, ne sont-ils pas cités dans le projet de notre circulaire ? Mais qui alors pour gérer l’absentéisme et le décrochage scolaire, ce à quoi on les réduit de plus en plus et qui constitue, à juste titre, une des priorités du Ministère ?

Lire la suite